Le FAS a commenté la situation concernant le transfert de matériel génétique de Bayer à des entreprises russes
2020-07-28 06:58

Le FAS a commenté la situation concernant le transfert de matériel génétique de Bayer à des entreprises russes

Le Service fédéral antimonopole de la Fédération de Russie (FAS) a commenté la situation concernant le transfert de matériel génétique de la société étrangère Bayer aux sociétés russes.

Auparavant, le projet "Made in Russia" avait signalé que Bayer n'avait pas encore pu transférer le germoplasme de plantes agricoles aux agronomes russes en termes de transfert de technologie, car il n'existe actuellement aucun cadre réglementaire approprié pour cela.

Le service de presse du FAS a indiqué au projet qu'il n'y avait pas de précédent de ce type dans la pratique russe auparavant et qu'il n'était donc pas nécessaire d'élaborer de telles règles et réglementations.

"Dès que les réglementations pertinentes seront élaborées et deviendront effectives, le processus sera lancé", a expliqué le service de presse.

Comme le projet "Made in Russia" l'a découvert, par exemple, la société russe de sélection et de semences SOKO a refusé de signer un accord de licence avec Bayer parce qu'il contenait une clause selon laquelle la société nationale devrait payer à Bayer 3 % des ventes pendant 15 ans.

Albert Shchegolkov, un chercheur du département de sélection de SOKO, a qualifié de prometteuse l'idée même de transférer la technologie aux entreprises russes.

"L'idée même du transfert était bonne, mais en conséquence, on nous a proposé deux domaines d'interaction. Il s'agit d'une formation d'une semaine en France et du transfert de germoplasme d'un certain nombre de cultures. En raison de la pandémie, le séminaire en France a été annulé, et lors du transfert du germoplasme, il a été nécessaire de conclure un accord de licence", a-t-il déclaré à Made in Russia.

Le représentant de la société a ajouté que le document contenait une clause sur le paiement de redevances s'élevant à 3 % des ventes nettes totales des variétés homologuées sur 15 ans, quel que soit le pourcentage de germoplasme sous licence dans les variétés homologuées. La SOCO a donc refusé de participer à l'échange.

Selon M. Shchegolkov, cinq entreprises russes sur sept n'ont pas accepté de participer à l'échange en raison de ces conditions.

"Transférer des semences de grandes cultures pour enrichir le fonds génétique national n'est pas une mauvaise idée, mais nous échangeons déjà des semences avec d'autres entreprises, y compris étrangères. Cependant, nous n'avons pas à payer de royalties pour cela. Nous avons le droit d'utiliser n'importe quelle variété à des fins scientifiques et nous n'avons rien à payer, sauf disposition contraire", a-t-il déclaré, expliquant que par "contraire", nous entendons la conclusion d'un accord de licence.

M. Shchegolkov a déclaré que le transfert de technologie de Bayer implique l'obtention de dix lignées de soja américaines qui n'ont pas été cultivées dans les conditions russes auparavant. Cependant, plus de 23 000 lignées de soja de Bayer sont plantées chaque année en plusieurs endroits de Russie. Les meilleures d'entre elles deviennent ensuite des variétés.

Le représentant d'une entreprise nationale a souligné un autre élément de la technologie transférée - les marqueurs moléculaires. Il a expliqué qu'il était initialement prévu de transférer des bases de données dont les conditions climatiques sont similaires à celles de la Russie, afin que l'entreprise puisse ensuite travailler avec elles de manière indépendante.

"Cependant, Bayer a catégoriquement refusé. Puis il a été décidé de transférer des marqueurs pour des traits spécifiques, comme les maladies. Cependant, les maladies aux États-Unis et les maladies en Russie sur le soja sont sensiblement différentes, donc nous ne pourrons pas utiliser leurs marqueurs, car ils ne sont tout simplement pas applicables à nos conditions", a ajouté M. Shchegolkov.

Le service de presse du Service fédéral antitrust a déclaré au projet "Made in Russia" que jusqu'à présent, des accords de licence ont été signés avec deux entreprises russes. Les autres entreprises sélectionnées comme destinataires du germoplasme, selon le Service fédéral antitrust, sont en négociation avec Bayer.

"Le paiement de redevances lors du transfert de droits de propriété intellectuelle est une pratique mondialement reconnue et ne porte en aucune façon atteinte aux intérêts des entreprises russes. En outre, l'instruction du FAS de Russie, émise suite à la prise en compte de la transaction, prévoit 25% pour 10 ans de paiement de royalties, "- a expliqué le bureau.

Le service antimonopole a également noté que la redevance ne sera payée qu'après le début de la commercialisation d'une variété ou d'un hybride, qui sera développé à l'aide de germoplasme transféré.

"L'obtention de telles conditions préférentielles dans la fourniture de germoplasme n'a été possible que grâce à l'ordre du FAS de Russie", a conclu le service de presse.

Made in Russia // Made in Russia

Auteur : Ksenia Gustova