Partager
Mise à jour de l'abonnement
Merci de votre inscription !
Abonnez-vous à Fabriqué en Russie today et recevez les nouvelles les plus intéressantes sur le business, l'exportation et la culture russe aujourd'hui!
Abonnement aux médias sociaux et RSS

2015-12-09 06:50

12 thèses importantes tirées de l'entretien avec Alexey Tupanov, directeur de l'agence de presse EXAR RIA Novosti

Alexei Tyupanov, directeur de l'Agence russe d'assurance à l'exportation (EXIAR), a expliqué dans une longue interview à RIA Novosti les pays dans lesquels il existe une demande pour les produits manufacturés russes, pourquoi il est important pour les entreprises russes de ne pas être en retard en Iran, et comment le service de "guichet unique" a facilité la vie des exportateurs nationaux.

Le projet "Made in Russia" a sélectionné les points les plus intéressants d'un entretien avec le chef d'EXIAR. Le texte intégral peut être lu sur le site web de RIA Novosti.

Les volumes physiques des exportations de produits autres que les ressources naturelles sont en augmentation, dans un contexte de déclin en valeur

"Jusqu'à présent, les statistiques montrent qu'en valeur, les exportations de Russie hors ressources pour les 9 premiers mois de cette année ont légèrement diminué. La baisse de la demande en Chine et la chute générale des prix sur les marchés mondiaux contribuent grandement à ces résultats. <...> Les volumes physiques augmentent, nous le voyons dans les résultats de l'analyse par secteurs de la production orientée vers l'exportation.

Au cours des deux dernières années, les exportations de produits autres que les ressources naturelles ont surpassé les matières premières non seulement en termes de taux de croissance, mais aussi en termes de volume en dollars. En particulier, au cours des 8 premiers mois de 2015, le volume des exportations de ressources autres que les ressources naturelles s'est élevé à 127 milliards de dollars. Le volume des exportations de matières premières pour la même période est de 107,5 milliards de dollars".

En quatre ans, EXIAR a soutenu environ 250 exportateurs (420 projets) pour une valeur d'environ 11 milliards de dollars.

"Actuellement, le numéro un en termes de volumes de soutien est l'ingénierie énergétique, suivie par la métallurgie dans divers segments - production de rails, de tuyaux, de produits métalliques laminés. Il s'agit également du transport routier et ferroviaire.

<...> Au cours des neuf premiers mois de 2015, le volume des exportations hors ressources soutenues par l'EXIAR était d'environ 3,9 milliards de dollars, ce qui est déjà le même que pour l'ensemble de l'année 2014 et plus de 44 % de plus que pour la même période l'année dernière. L'agence devrait atteindre 5,1 milliards de dollars d'ici la fin de l'année, mais, sur la base de la dynamique actuelle, je pense que l'EXIAR sera en mesure de dépasser ce chiffre également.

La stratégie de l'EXIAR prévoit une croissance annuelle du soutien à l'exportation de 30 à 40 % jusqu'en 2020. Au total, en quatre ans, nous avons soutenu près de 420 projets d'exportation, soit un peu plus de 100 projets par an ou chaque nouveau projet une fois tous les trois jours. Cette année, nous avons mené une enquête indépendante auprès de nos clients. Il s'est avéré que 70 % de nos clients exportateurs ont augmenté leurs exportations après le début de la coopération avec EXIAR".

Les cinq premiers pays avec lesquels la coopération est la plus intense sont la Slovaquie, le Belarus, l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan et le Mexique. Le nombre de projets en Afrique, en Amérique latine et en Amérique du Sud a augmenté.

"En matière d'exportation, il faut partir non pas de ce que l'on sait produire, mais de la demande qui existe dans le monde. En général, il me semble que nos entreprises sont assez compétitives, nous devrions parler des régions où les produits russes peuvent être demandés".

Les exportateurs russes manifestent un grand intérêt pour ce pays d'Asie du Sud-Est.

"Nous constatons actuellement un grand intérêt pour les pays d'Asie du Sud-Est, en particulier le Viêt Nam. Les marchés de l'Indonésie, de l'Inde sont intéressants. Malheureusement, certains exportateurs russes n'ont pas une expérience très positive sur le marché indien, mais ce marché reste stratégiquement important pour nous".

Il est important pour les exportateurs russes de prendre du temps pour l'Iran.

"L'Iran est un grand pays avec environ 80 millions d'habitants. Le chiffre d'affaires extrêmement faible des échanges commerciaux avec l'Iran est en grande partie dû au régime de sanctions toujours en vigueur et à l'absence d'assurance à l'exportation. Mais dans un avenir proche, la situation, surtout après la levée des sanctions, pourrait changer radicalement. L'Iran est en effet aujourd'hui le seul marché encore inexploité en termes de concurrence et l'un des plus prometteurs au monde. Sur tous les autres marchés, partout où nos exportateurs russes et moi-même participons à divers appels d'offres, la concurrence est énorme. <...>

La récente visite du président russe Vladimir Poutine a donné une forte impulsion à notre coopération. À la mi-décembre, le ministère de l'industrie et du commerce prévoit une mission commerciale en Iran, et nous y participerons certainement. Des négociations sont en cours, certains accords ont déjà été signés. Dans un avenir proche, nous préparons plusieurs accords, après leur signature, nous les informerons certainement.

De grands projets en Iran, à ma connaissance, sont prévus dans le domaine du transport ferroviaire et par pipeline, dans le secteur automobile".

Les plus gros contrats EXIAR seront conclus en 2015 :

- Livraison de wagons à l'Azerbaïdjan

- Accord sur la réassurance des camions de la KamAZ pour l'approvisionnement du Turkménistan, d'une valeur d'environ 100 millions de dollars.

- Couverture d'assurance dans le cadre du prêt de Gazprombank d'environ 150 millions de dollars pour payer les fournitures à l'exportation de produits agricoles du groupe Sodrugestvo.

- La couverture d'assurance de VTB dans le cadre d'un prêt de 100 millions de dollars US à un producteur d'engrais minéraux pour le groupe URALCHEM.

"Nous finançons également de nombreux projets russes à Cuba avec la Roseximbank.

En termes d'assurance contre les risques d'arriérés de paiement de nos exportateurs, nous coopérons avec RUSAL, Norilsk Nickel et EVRAZ. Les volumes d'exportation sont assez importants, y compris vers de nouveaux marchés".

L'Agence utilise deux mécanismes de soutien à l'exportation

"Le premier et le plus important est le financement de l'exportateur ou de son acheteur étranger par des banques russes ou internationales sous notre garantie. Nous appelons cela un contrat d'assurance, mais en fait, c'est une garantie.

La deuxième direction est celle où nous assurons les créances de notre exportateur russe, c'est-à-dire lorsque nous l'assurons contre les risques de non-paiement par un acheteur étranger".

EXIAR soutient les petites et moyennes entreprises

"Un domaine distinct de notre travail est lié aux activités des petites et moyennes entreprises (PME), qui sont orientées vers l'exportation. Les recherches ont montré que, malheureusement, ils ne sont pas encore si nombreux en Russie. Nous avons réussi, après avoir interrogé un grand nombre d'entre eux, à dresser un portrait des services qu'ils demandent à l'État pour soutenir leur exportation.

Nos recherches ont montré qu'aujourd'hui, le nombre de PME russes exportatrices qui ont exporté quelque chose au moins une fois en 2014 est d'environ 13 500. Dans le même temps, le nombre d'entreprises qui exportent systématiquement ou qui sont prêtes à exporter systématiquement ne dépasse pas 2,5 mille".

Les polices EXIAR sont garanties par le Ministère des Finances, il existe un programme séparé pour le refinancement des banques, qui sont fournies avec les polices EXIAR, à la Banque Centrale. Le prêt peut être contracté pour trois ans à un taux annuel de 9 %, ce qui permet aux banques de réduire considérablement le coût du financement pour les exportateurs. Les banques, compte tenu de notre prime d'assurance, émettent des prêts à deux et trois ans au taux d'environ 12% par an".

L'actionnaire à 100% d'EXIAR est VEB.

"En 2011, 30 milliards de roubles ont été alloués à la création d'EXIAR VEB. Nous avons investi ce capital en plaçant des dépôts dans diverses banques, les revenus d'investissement qui en résultent devraient suffire à soutenir pleinement nos activités opérationnelles. L'année dernière, nous avons été transférés de la VEB à la Roseximbank, elle est devenue notre "fille". Cela a donné lieu à une augmentation de capital dite "sur papier". Aujourd'hui, VEB est notre actionnaire à 100 %, et dans un avenir proche, le Centre d'exportation russe (REC), qui est également une filiale de VEB, deviendra notre actionnaire à 100 %. Ce processus devrait être achevé d'ici la fin de l'année, et les documents sont déjà prêts.

Le projet de "guichet unique" a déjà facilité la vie des exportateurs.

"Avec la création du groupe Russian Export Center, EXIAR et Roseximbank ont adopté un format d'interaction avec l'exportateur sous la forme d'un "passeport de projet", qui précise tous les détails et les modalités de la transaction possible. Plus de 100 projets sont actuellement en cours de développement. En 2016, nous aurons beaucoup de travail pour construire un schéma unifié d'interaction, mais nous voyons déjà que le système a fonctionné.

D'ici la fin de l'année, nous prévoyons de lancer une nouvelle version du site web de l'agence avec la possibilité d'un retour d'information. En outre, à l'avenir, le site sera doté d'un calculateur pour les exportateurs, qui leur permettra de calculer le coût de l'assurance dans le cadre de leurs contrats.

À partir de 2016, nous commencerons également à envoyer à nos clients une sorte de lettre d'information (newsletters - ndlr), qui contiendra des informations sur les marchés mondiaux, la situation macroéconomique, la discipline de paiement dans les pays étrangers.

À l'avenir, nous envisageons la possibilité d'émettre des polices d'assurance électroniques sur une base pilote par le biais de notre portail Internet. Bien entendu, cela concernera les transactions standard qui ne nécessitent pas de structuration compliquée".

EXIAR travaille avec toutes les banques russes du TOP-10, Vnesheconombank et Roseximbank.

"Nous travaillons avec toutes les banques russes du top 10 ainsi qu'avec la Vnesheconombank et la Roseximbank sur des opérations importantes. Si un client a besoin d'aide pour choisir une banque, nous l'aidons à choisir une banque offrant les meilleures conditions.

Dans le domaine de la réassurance des risques, nous avons des projets communs avec l'agence nationale italienne de crédit à l'exportation SACE Spa, comme les livraisons au Belarus, avec l'agence tchèque d'assurance des exportations EGAP, avec la société chinoise d'assurance des crédits à l'exportation SINOSURE, avec la société française d'assurance du commerce extérieur Soface, avec l'agence iranienne et bien d'autres.

La partie russe du projet est financée par des garanties EXIAR, notre partenaire de l'agence étrangère finance le reste.

Un domaine distinct est la coopération avec les assureurs de crédit commerciaux étrangers, principalement dans la métallurgie, les engrais et les produits agricoles. Nous avons activement lancé ce programme en 2015. En 9 mois de 2015, nous avons pu syndiquer la capacité d'assurance de près de 19 milliards de roubles".

Il existe un certain nombre de tâches pour soutenir les exportations de matières non brutes.

"A mon avis, la première est le développement d'outils d'affacturage à l'exportation en Russie, de facto maintenant, cela ne fonctionne pratiquement pas. Certains exportateurs russes étant très solvables, l'affacturage à l'exportation offre un énorme potentiel pour attirer des financements.

Il importe ici de supprimer autant que possible tous les obstacles administratifs et législatifs, et cela peut ensuite donner une grande impulsion au développement de l'exportation des entreprises moyennes, qui fournissent des produits principalement avec un paiement différé.

La deuxième consiste à poursuivre les programmes de subventionnement des tarifs. Nos produits peuvent être compétitifs en termes de prix et de qualité, mais à l'heure actuelle, sans subventionner les tarifs, ils deviennent non compétitifs. Il est donc important de poursuivre et d'étendre ce programme".

Partager
Les commentaires sont interdits après 5 jours depuis la publication en raison de la politique éditoriale

Autres histoires