MADE IN RUSSIA

Toutes les régions
FRA
Entretien

Echpochmaki comme chez grand-mère : entretien avec le cofondateur de la chaîne de restaurants tatars "Tyubetei

Echpochmaki comme chez grand-mère : entretien avec le cofondateur de la chaîne de restaurants tatars "Tyubetei

Il est rare qu'un hôte, ou même un résident de Kazan, n'ait pas goûté des plats et des pâtisseries de la cuisine nationale tatare dans la chaîne locale de restaurants "Tyubetei". Il s'agit de la première chaîne de restauration rapide halal tatare en Russie. L'équipe de la marque considère que sa tâche est de "nourrir le monde entier avec son echpochmak préféré", de "contaminer les gens avec son attitude pleine d'âme envers la vie" et de populariser la culture, les valeurs et les bonnes traditions tatares.

Au cours du sommet Russie - monde islamique : KazanSummit - 2021 le cofondateur de la marque Sultan Safin a déclaré que "Tyubetei" va déjà au-delà de la restauration et lance tout un écosystème de marques halal avec des racines tatares pour tout le monde. La rédaction de Made in Russia s'est entretenue avec le jeune entrepreneur et a découvert le secret du succès de la marque, les perspectives pour les investisseurs et les plans pour le développement de Tyubetei en Russie.

- Comment est née l'idée d'ouvrir un tel format de restaurant ?

- L'idée est venue en 2011, alors que McDonald's était en train de conquérir activement le marché russe et que les gens s'impliquaient activement dans cette atmosphère de bonheur américain. Nous observions cela et avons réalisé que notre cuisine était en difficulté, et nous, en tant que Tatars pratiquant l'islam, en étions blessés. Nous avons compris qu'il était temps de créer quelque chose de notre cru. C'est alors que nous, une équipe de personnes partageant les mêmes idées, qui n'étaient pas indifférentes au sort de la cuisine tatare, nous sommes réunis et avons créé le concept de "Tyubetei" : ce qu'il est et à quoi il sert.

L'idée principale était de prendre notre cuisine nationale et de lui redonner son goût exemplaire. Nous sommes retournés aux recettes de nos grands-mères - il ne nous a fallu que trois mois pour trouver la recette de ce même echpochmak, et lorsque nous avons trouvé ce goût, nous avons commencé à travailler sur l'emballage.

- Comment la chaîne a-t-elle évolué ?

- Nous avons été lancés en 2015. Nous avons commencé par des pavillons, et en 2017, pour la première fois dans l'histoire du Tatarstan, nous avons ouvert un fast-food national dans le centre historique de Kazan. Le président du Tatarstan Rustam Nurgaliyevich (Minnikhanov - ndlr) est venu, toute une délégation, ce qui nous a choqués. Nous avons simplement écrit une invitation au bureau du président, et ils nous ont soutenus et sont venus. Notre gouvernement est très ouvert.

À partir de ce moment-là, nous avons ouvert tout un réseau. Aujourd'hui, nous avons environ sept sites - il s'agit d'une cuisine tatare et, en parallèle, nous exploitons un autre réseau de cuisine hawaïenne halal, Poke Soul, qui fait partie de notre T-Family (groupe d'entreprises - ndlr), dans le segment de la T-food. Pendant ces 6 années, nous avons cuisiné plus d'un million d'echpochmak, des invités de 50 pays ont essayé notre cuisine. Avec la délégation de la République, nous avons parcouru plus de 25 expositions dans le monde entier et nous nous sommes établis comme une jeune marque délicieuse de la République du Tatarstan. Plus de 3 millions de personnes nous ont rendu visite et plus de 600 millions de roubles nous ont été confiés, et ce chiffre est en constante augmentation : des milliers de personnes passent par nous. "Tyubetei" est notre marque native, elle parle de notre patrie et de notre patriotisme. Lorsque vous voyez une famille avec un enfant se promener dans la ville et qu'elle tient dans ses mains non pas un logo américain, mais notre logo national, vous êtes très enthousiaste.

- Comment la pandémie a-t-elle affecté votre travail ?

- Cela a été une sorte d'expérience unique. Au début, nous avions très peur. Et lorsque la pandémie n'a pas encore touché Kazan, mais nos amis à l'étranger, nous nous sommes réunis très rapidement et avons commencé à "tempêter". Nous avons rapidement modifié la structure de notre entreprise : pendant le verrouillage, l'équipe de direction a changé de rôle, et chacun est devenu le conducteur de directions étroites.

Bien que nous n'ayons eu qu'un seul restaurant ouvert pendant la pandémie, et qu'il ait fonctionné en tant que restaurant à emporter, nous nous sommes complètement rétablis en trois mois au maximum. En d'autres termes, nous avons multiplié par 20 notre croissance pendant la période de blocage des livraisons. Nous avons toujours eu des livraisons de tartes, mais nous ne nous sommes jamais vraiment concentrés dessus. Mais avant la fermeture, nous avons lancé une livraison de produits semi-finis halal à des prix de gros en une semaine seulement, et cela a beaucoup aidé les habitants de la ville et donné du travail à nos employés : tout le monde était en affaires, au travail. Avec l'ouverture des restaurants, nous avons récupéré nos chiffres assez rapidement. En juillet 2020, nous avons dépassé nos chiffres de 2019. Cela doit être une sorte de miracle. Nous ne nous y attendions pas nous-mêmes.

- Avez-vous des projets d'expansion en Russie ?

- Nous avons de tels projets. Pour l'instant, nous avons sept sites, bientôt nous en ouvrirons deux autres dans le centre de Kazan. Nous prévoyons d'en ouvrir un autre dans un centre commercial, et d'ici la fin de l'année, nous avons prévu d'en ouvrir trois autres.

Cette année, nous voulons essayer de donner aux Moscovites notre marque, notre goût, mais pour l'instant, il n'y a rien de précis, nous y regardons de plus près et nous y réfléchissons. Notre tâche est de rendre la nourriture tatare et halal accessible à tous. Nous essayons donc bien sûr d'étendre la marque à d'autres villes de Russie.

- Parlez-nous des investissements et de l'ouverture de votre chaîne, en tant que franchise ?

- Les investissements dans un grand projet - un restaurant en centre-ville - s'élèvent à environ 15 millions de roubles et sont amortis en trois ans. En 2020, les restaurants qui ont ouvert en 2017 ont été rentabilisés. Quant au bénéfice, le restaurant rapporte à l'investisseur jusqu'à 700-800 mille roubles par mois.

Nous n'ouvrons pas en franchise, mais en partenariat. Nous avons eu cette expérience au début de notre activité. Et nous avons réalisé que le business B2C est très sensible, et la cuisine tatare est compliquée, donc dans un tel format le goût de notre nourriture, notre marque souffre beaucoup, et nous avons décidé de nous gérer nous-mêmes. Nous pouvons donc prendre une équipe de partenaires qui sont prêts à investir, mais toute la gestion opérationnelle nous incombe. Ils travaillent comme directeurs du développement régional, et nous faisons tout le travail - marketing, production et gestion.

Made in Russia // Fabriqué en Russie

Auteur : Karina Kamalova

0