MADE IN RUSSIA

Toutes les régions
FRA
Entretien

"Un an et demi sans revenus" : entretien avec le responsable d'Umma Tour à propos du travail en cas de pandémie

"Un an et demi sans revenus" : entretien avec le responsable d'Umma Tour à propos du travail en cas de pandémie

L'année de la pandémie a porté un coup sévère à l'industrie du voyage, et si aujourd'hui les voyageurs n'ont généralement aucune difficulté à se déplacer à l'intérieur du pays, la question reste ouverte pour les vacances à l'étranger.

Toutefois, outre les voyagistes qui aident à se rendre dans un autre pays, il existe des agences de voyage qui se consacrent à des activités bien spécifiques - l'envoi de pèlerins dans des lieux saints. Pour ces voyages, le cercle des destinations est considérablement limité, et dans le cas du culte pour les musulmans, tout se résume à un seul pays - l'Arabie saoudite, où les croyants se rendent pour effectuer le Hajj.

La rédaction de Made in Russia a rencontré Shamil Mukaramov, directeur général d'Umma Tour, pour savoir quelles difficultés l'entreprise a rencontrées pendant la pandémie, comment les prix des pèlerinages peuvent évoluer et quand il faut s'attendre à la reprise des voyages et au redressement du secteur.


- Dites-nous, quelles sont les différences entre le tourisme religieux et le tourisme ordinaire ?

- Par tourisme religieux, nous entendons le pèlerinage et le tourisme de culte. Pour les musulmans, il s'agit d'un voyage à la Mecque et à Médine. Chaque musulman, s'il en a les moyens financiers, a l'obligation de faire au moins une fois dans sa vie un voyage à la Mecque - de faire le Hajj. Il a lieu une fois par an, à certains jours. Ce n'est en aucun cas comme des vacances traditionnelles : les gens ne prennent pas de bain de soleil, ne se promènent pas dans la ville, il s'agit uniquement d'une expérience religieuse.

- Pour vous, c'est une occasion de gagner de l'argent, quelle que soit la façon dont on voit les choses. Quelles sont les subtilités de la gestion d'une telle entreprise ?

- Il n'y a pas de grandes subtilités. C'est d'abord un moment de confiance, car contrairement au tourisme habituel où l'on envoie une personne en vacances à la plage, ici le but est légèrement différent. Un homme va adorer et il est donc très important que le tour-opérateur traite cette affaire, malgré le fait qu'il s'agisse d'une entreprise, comme une sorte de service à Dieu, car si cette affaire est vue purement comme une entreprise, il n'y aura pas de perspective à long terme. Il dépendra du tour-opérateur que le pèlerin passe par là dans un autre pays.

- Ce type de commerce nécessite-t-il des investissements ou un soutien de l'État ?

- L'État ne le soutient pas. Mais pendant la pandémie, les tour-opérateurs ont été généralement soutenus. Dans le cadre de ce soutien, nous avons également bénéficié d'aides.

En termes de difficultés, un nombre limité de places est alloué pour le Hajj. Pour chaque pays, l'Arabie saoudite alloue des quotas - 1 % du nombre total de musulmans dans le pays en question - pour la Russie, c'est 25 000, car selon des estimations officieuses, nous avons environ 20 à 25 millions de musulmans. Mais jusqu'à il y a environ trois ans, 20 000 places étaient allouées à notre pays.

"Hajj Mission Russia" attribue des quotas aux administrations spirituelles et les agences de voyage les mettent en œuvre en accord avec les autorités spirituelles musulmanes, ou l'administration spirituelle elle-même crée sa propre agence de voyage qui organise le pèlerinage. Mais n'importe qui ne peut pas ouvrir une telle agence de voyage, car il a peu de chances d'obtenir un quota. Il existe environ 9 sociétés de ce type en Russie. Le quota pour notre société qui travaille sous l'égide de l'Assemblée spirituelle des musulmans de Russie est de 600 personnes par Hajj.

En plus du Grand Hajj, il y a la Umrah, qui est un pèlerinage à la Mecque et à Médine, mais pas pendant les jours du Grand Hajj.

Cette année, le Hajj devait avoir lieu aux alentours du 17 au 22 juillet, mais il a été annulé pour des raisons que tout le monde comprend. L'ouverture de la Omra est prévue pour le premier août. Mais cette année en particulier, la situation n'est toujours pas claire. L'Arabie saoudite a déjà ouvert les vols mais rencontre des difficultés avec les vaccinations car l'Arabie saoudite ne peut accepter que les vaccins approuvés par l'OMS, et nos vaccins n'en font pas partie. Le petit pèlerinage des Russes a été autorisé sous condition, mais il n'est pas certain que nous puissions résoudre les problèmes de vaccination.

Les gens sont certainement impatients de le faire. Puisque les gens le considèrent comme une sorte d'engagement si nous parlons du Grand Pèlerinage. Certaines personnes économisent pendant 5 à 10 ans, d'autres économisent de l'argent sur leur pension toute leur vie, d'autres encore sont aidées par leurs enfants.

Le pèlerinage n'est pas bon marché - en moyenne, les prix en Russie ont commencé à 3 000 dollars, maintenant ils seront encore plus élevés à cause des restrictions.

- Comment avez-vous survécu à la pandémie ?

- Les problèmes, bien sûr, ne nous ont pas contournés. Nous n'avons pratiquement aucune activité depuis un an et demi maintenant. En février 2020, l'Arabie saoudite a fermé les frontières, et à partir de ce moment-là, nous avons cessé d'envoyer des Russes en grand et petit pèlerinage. Il y a un temps d'arrêt en cours.

Pendant tout ce temps, nous avons eu un certain soutien de la part du gouvernement. De plus, nous avons une destination dans les hôtels halal en Turquie : des vacances avec des plages et des piscines séparées. Nous avons travaillé dans ce sens, mais avec la Turquie, comme vous le savez, il y a eu différentes situations : l'année dernière, c'était fermé jusqu'en août, et en août, à la fin de la saison, nous avions le temps de travailler. Cette année, ça a bien commencé, mais ensuite ça a été fermé à nouveau, et maintenant nous volons à nouveau.

- Quels étaient vos revenus avant l'année de crise et comment ont-ils évolué pendant la pandémie ?

- Je ne veux pas donner de chiffres, mais si l'on ne parle que du Hajj et de l'Umrah, qui sont nos principales activités, les pertes ont été de cent pour cent. Il n'y a pas eu de gain pendant un an et demi. Mais, comme je l'ai dit, nous avons des destinations alternatives - ce sont les hôtels halal, la vente de billets d'avion et les traitements dans les cliniques turques. Il y a aussi un grand intérêt des musulmans pour l'achat de biens immobiliers en Turquie. Nous avons développé ces secteurs d'activité et nous en vivons.

- Quelle expérience avez-vous tirée de la pandémie ? Allez-vous restructurer vos activités ?

- Après tout, nous nous positionnons comme un tour-opérateur pour les musulmans, et cela est toujours perçu comme un pèlerinage - Hajj et Umrah, donc peu importe les efforts que nous faisons pour nous restructurer, les gens attendent toujours cela de nous, et nous ne pouvons pas leur proposer un traitement en Turquie à la place. Bien sûr, d'une certaine manière, c'est intéressant pour nos pèlerins, mais en général, ils attendent autre chose de nous.

Nous espérons que quelque chose va changer cette année, même si nous savons déjà que les conditions seront plus difficiles et que le pèlerinage sera plus cher. Par exemple, nous avions l'habitude de faire des chambres à quatre et même à cinq lits pour rendre le programme moins cher, mais maintenant l'Arabie saoudite dit qu'il ne doit y avoir que des chambres à deux lits, et dans les bus, au lieu des 50 personnes habituelles, nous ne pouvons plus en avoir que 25.

Avant le Hajj, il était indiqué que les vols ne pouvaient être que directs, maintenant il n'y a pas encore de telles conditions, mais il est possible qu'ils n'autorisent que les vols directs, qui ont tendance à être plus chers que les vols avec correspondance.

Tout ce que j'ai énuméré, plus les tests PCR, même si la personne est vaccinée, affecte le coût. Il ne s'agit peut-être pas d'une augmentation de 100 % du prix, mais d'une augmentation d'au moins 10 à 15 %. Concrètement, dans notre entreprise, le prix du petit pèlerinage a commencé à 1200 dollars, il passera donc à environ 1500 dollars, et le grand pèlerinage pourrait passer de trois mille dollars à 4-4,5 mille dollars. Cela s'explique par le fait qu'au Hajj, contrairement à la Omra, les prix des hôtels sont beaucoup plus élevés et le nombre de places est limité.

L'Arabie saoudite a également augmenté ses taxes, qui étaient auparavant de 5 %, elles sont maintenant de 15 %. Notre taux de change est également affecté.

Le coût sera plus élevé, et cela affectera le nombre de pèlerins, mais les quotas pour le Hajj sont toujours pleins, il y aura toujours des personnes qui voudront faire le pèlerinage, car les gens se sentent obligés de le faire. Malgré tout, à en juger par les demandes que nous recevons, la liste d'attente est très importante. Nous pensons qu'une fois les frontières ouvertes, l'afflux sera important et nous ne prévoyons aucun problème à cet égard.

- Qu'est-il arrivé à l'argent des pèlerins qui ont payé le voyage ?

- Parce que nous avons supposé que la situation avec nous allait durer, nous avons décidé de rendre tout l'argent. Bien sûr, certains voulaient garder l'argent pour l'année prochaine, mais pour la plupart, nous avons insisté pour récupérer tout l'argent. Un certain nombre de personnes ont transféré leurs bons de voyage de 2020 à 2021, si l'on parle du Hajj.

Mais cette année, le Hajj ne s'est pas reproduit, et nous avons rendu tout l'argent, car nous ne savons pas ce qui va se passer à l'avenir et les prix augmentent. Nous ne serons pas en mesure d'organiser le Hajj pour le prix que les gens ont payé en 2020, même si nous le voulons. Il peut y avoir des voyagistes qui proposent de reporter le voyage et disent qu'ils organiseront le Hajj pour le même prix. C'est-à-dire que, par exemple, le nouveau prix sera pour les nouveaux clients, mais pour les anciens clients, il restera le même. Mais nous avons choisi une autre voie car les risques sont très élevés.

Made in Russia // Made in Russia

Auteur : Ksenia Gustova





0