MADE IN RUSSIA

Toutes les régions
FRA
Entretien

A propos des films locaux : un entretien avec le responsable de la société régionale BaikalCinema

A propos des films locaux : un entretien avec le responsable de la société régionale BaikalCinema

Aujourd'hui, tous les téléspectateurs russes, ou même les critiques de cinéma, ne connaissent pas les films produits par des sociétés locales. Pourtant, ces contenus sont récompensés même dans les festivals internationaux.

En marge du Forum économique oriental, la rédaction de "Made in Russia" a discuté avec Dina Podprugina, directrice générale de BaikalKino, qui produit actuellement des films pour la chaîne de télévision TNT et le cinéma en ligne KION.

- Vous avez commencé votre intervention en disant que Bob l'éponge est connu dans le monde entier, et que la situation est différente avec nos héros. Comment expliquez-vous que les héros nationaux du cinéma et de l'animation ne soient pas connus non seulement dans le monde, mais parfois même dans notre pays ?

- Parce qu'en réalité, le cinéma russe est resté dans l'ombre pendant un certain temps. Ce n'est que maintenant qu'on commence à se demander si nous avons besoin d'un tel cinéma (régional - note).

Le kino américain n'a pas été touché par la Grande Guerre patriotique. Il y avait un spectateur constant là-bas, et nous étions constamment mis à l'écart : nous allons nous développer ici, nous serons mis à l'écart. Le cinéma soviétique était formidable, mais ensuite les années 90 sont arrivées. Bien sûr, nous devons tous - les sociétés cinématographiques, les cinéastes, les producteurs de films - avoir le temps de commencer à nous immerger dans certaines de nos propres histoires et personnages.

Mais nous assistons déjà à la montée en puissance de films soviétiques tels que Upward Motion, un film sur les basketteurs soviétiques. Ce sera aussi le retour des significations qui sont inscrites dans le code culturel russe.

Quelqu'un se tourne vers nos contes de fées maintenant. Je pense donc que nous sommes en avance sur le jeu.

- La situation actuelle de l'industrie est-elle un problème de l'industrie ou va-t-elle de pair avec l'État ?

- Chercher les coupables est une tâche ingrate. Bien sûr, personne n'est à blâmer pour certains événements historiques. D'autre part, nous devons résoudre ce problème maintenant, conjointement. Ni l'État ne peut l'imposer, ni les gens eux-mêmes ne peuvent faire quelque chose de grand par eux-mêmes.

Ce que nous faisons aujourd'hui est une tentative de trouver un moyen de coopération, où l'État se passerait de la censure, où les gens n'utiliseraient pas l'argent de l'État, mais continueraient à créer et à viser les étoiles.

- Votre entreprise reçoit-elle une aide de l'État ?

- Nous participons sur une base compétitive, comme tout le monde. Il y a des centaines de sociétés cinématographiques. Certaines ont de la chance, d'autres non. Tout dépend du type de projet que vous présentez et de la manière dont vous le défendez. Nous avons eu de la chance autrefois avec le Fonds pour le cinéma. Aujourd'hui, nous dépendons de la subvention républicaine. Ce n'est pas beaucoup d'argent, mais comme on dit, tout soutien est un soutien.

- Ce soutien est-il suffisant ?

- Nous sommes tellement gâtés. Tout à l'heure, un intervenant a dit qu'il ne voulait pas tourner avec un opérateur de second rang. Ils ne voulaient pas tourner avec du matériel russe ; ils ont fait venir du matériel de Paris. Bien sûr, leur appétit va grandir, et ils veulent tourner avec une qualité maximale.

La réponse à la question de savoir si le financement est suffisant dépend donc de ce que vous voulez faire. C'est une chose si vous tournez "Reshala", en aucun cas je ne veux parler de mon propre projet. "The Resolute" est une histoire assez simple. Mais si vous voulez tourner "Le Seigneur des Anneaux" ou "Game of Thrones", bien sûr, il y a des budgets complètement différents. Tout dépend du projet.

- Sur quels projets travaillez-vous en ce moment ?

- Nous travaillons actuellement sur "L'esprit du Baïkal". C'est l'histoire mystique d'un garçon qui a perdu sa mère et qui est à la recherche du sens de la vie. Et l'Esprit du Baïkal l'aide dans cette quête.

Pour prendre la photo, l'acteur américano-japonais Cary-Hiroyuki Tagawa (connu pour sa participation aux films "Hachiko : l'ami le plus fidèle", "Mémoires d'une geisha" - note) a accepté. Nous espérons que le tournage commencera en 2022.

- Quel est votre travail dans le film ?

- Le scénario a été écrit par Mikhail Raskhodnikov (réalisateur, scénariste, producteur russe - note de la rédaction) et sa société, il l'a également réalisé. Il est le moteur principal du projet. Nous sommes ici pour jouer le rôle d'hôte : nous allons venir en Bouriatie, au Baïkal et nous devrons assurer tout le processus de production. Nous devrons les rencontrer, trouver des lieux de tournage, aider les acteurs, les accessoires. Il s'agit d'une énorme quantité de travail.

- D'où viendra l'équipe de tournage ?

- Il y aura une équipe. Il y aura des acteurs étrangers et des acteurs russes. En gros, bien sûr, ce sont des spécialistes de Moscou.

- Pouvez-vous donner quelques chiffres sur le financement ?

- Pas encore.

0