MADE IN RUSSIA

Toutes les régions
FRA
Entretien

Les turbulentes années 90 et la "tempête" de l'Olympe russe : INTERVIEW avec le compositeur Gennady Filippov

Les turbulentes années 90 et la "tempête" de l'Olympe russe : INTERVIEW avec le compositeur Gennady Filippov

Les musiciens russes coopèrent activement avec les labels occidentaux et gagnent progressivement en notoriété sur les plateformes mondiales. Découvrez comment les artistes nationaux se frayaient un chemin vers l'arène au début des années 90 dans un entretien avec le compositeur et producteur Gennady Filippov dans Made in Russia.

- Parlez-nous un peu de votre parcours créatif, de vos premiers instruments de musique, de vos projets ?

- J'ai commencé à jouer de la batterie quand j'étais adolescent et je suis tombé amoureux de la musique pop-rock occidentale. J'ai commencé à former les premiers groupes de rock dès cette époque. Dmitry Kharatyan a participé à l'un d'eux en tant que chanteur et guitariste. À l'âge de 20 ans, il a maîtrisé l'alphabétisation musicale et a appris à jouer du piano. Il est diplômé du collège de musique de Tsaritsinskoye, classe de piano et de composition.

Dans les années 80, tous les groupes amateurs s'efforçaient de devenir membres de la Philharmonie - il n'y avait pas d'autre moyen de percer l'Olympe musical en URSS. Mon premier groupe (le groupe Kollaps) a eu la chance d'entrer à la Philharmonie de Novgorod. Puis nous l'avons rebaptisé en groupe "Show - 03", qui était dirigé par Sergey Chernomor, un présentateur et parodiste bien connu en URSS. Le répertoire était exclusivement composé par moi. Le programme de l'époque commençait par la chanson "Minor Land" (Pakhmutova, Dobronravov). Puis, s'étant séparé de Tchernomor, le groupe s'est rebaptisé "Parma" et a fait une tournée dans toute la République de Komi. Suite à des distributeurs et administrateurs peu scrupuleux, le groupe s'est séparé.

Pendant environ six mois, j'ai travaillé dans le groupe "Zodchie" avec un bloc de mes propres chansons en tant que claviériste de la Société philharmonique régionale de Tyumen.

De retour à Moscou, j'ai organisé avec Andrei Rusakovsky le groupe MAXI, qui interprétait exclusivement des chansons de mon auteur dans le style New Wave et pop-dance. Ce projet a connu un certain succès à Moscou et à Saint-Pétersbourg (Leningrad). Nous étions prêts à conquérir l'Olympe musical occidental.

- Parlons de votre expérience à l'étranger ? La vie d'un jeune artiste soviétique à l'étranger ? En quoi l'Europe et l'URSS étaient-elles fondamentalement différentes ?

- J'ai commencé à travailler à l'étranger en 1989. Le label suédois Screen Team International s'est intéressé à mes mélodies et à notre groupe et nous a proposé un contrat de deux chansons. Tout le groupe, accompagné d'une équipe de tournage de Leningrad, s'est rendu à Stockholm.

Bien sûr, en arrivant de derrière le "rideau de fer", nous avons été surpris par la Suède et elle par nous. Les gardes-frontières suédois, voyant une telle délégation de l'Union soviétique avec des samovars, des chapeaux à oreillettes et des cocardes, ont oublié de tamponner notre arrivée dans le pays.

La première rencontre avec Screen Team International s'est avérée être la dernière, car le directeur de la société, Thomas Moo, a déclaré qu'il ne s'intéressait qu'à Gennady Filippov et à ses airs, et non aux autres participants. Naturellement, je ne pouvais pas laisser mes amis derrière moi. Nous sommes partis tous ensemble. Nous n'allions pas abandonner, mais selon la loi suédoise, nous ne pouvions travailler que comme nettoyeurs pendant notre séjour. Tout le groupe a trouvé des emplois dans différents restaurants. Je travaillais 10 heures par jour dans un restaurant japonais. Assez rapidement, on a trouvé une autre maison de disques qui s'intéressait à notre travail - Ricochet Records. Nous avons signé un contrat pour deux singles et une grande activité musicale a commencé. Les deux producteurs de musique talentueux et très célèbres du futur ont été nommés responsables du projet : Jacob Hendler et Carl Mickel (Jacob a produit Britney Spears, Christina Aguilera, Backstreet Boys à la fin des années 90).

C'est avec lui que j'ai développé une bonne relation, je considère Jacob comme mon premier professeur dans le show-business occidental. Tous les matins pendant deux mois, je suis allé chez lui avec un nouvel air - cela a fini par porter ses fruits. Il était profondément convaincu que la force de tout projet musical en provenance de Russie dépendrait uniquement de la mélodie. Au cours des essais et des enregistrements musicaux, nous avons rencontré des personnes très intéressantes : le guitariste du groupe EUROPE et le chanteur de Secret Service, qui ont fondé à cette époque une puissante société de musique appelée Sonet. Et soudain, alors que le travail battait son plein, il y a eu un conflit entre l'organisateur de notre voyage et la direction de ma société - c'est pourquoi nous sommes revenus en Russie.

- Pouvez-vous nous parler de la période qui a suivi la Suède ? Sur les voyages aux États-Unis, sur les groupes de musique.

- En 1993, la société "Green Star", basée à Moscou, a signé un contrat avec nous pour l'enregistrement d'un album entier à l'Ouest. La recherche s'est arrêtée sur le studio "MasterFonics" à Nashville. En un an, nous avions enregistré 10 titres. L'équipe d'Américains impliqués était composée de membres réputés du show-business. A savoir : Joe Ciccarelli (équipe de Frank Zappa), Carl Marsh (producteur d'albums de ZZ top), Lisa Roy (productrice d'Hollywood).

Bien sûr, il y avait beaucoup d'idées intéressantes en travaillant sur cet album. L'une d'elles était de faire un titre commun sur ma chanson "Peace in the world" avec une star américaine. Le choix s'est porté sur la chanteuse de country Dolly Parton. Après avoir écouté le morceau, elle a accepté. Malheureusement, lorsqu'elle est revenue aux États-Unis, c'était six mois après notre retour en Russie.

- Comment avez-vous été accueillis dans votre pays d'origine après votre long voyage créatif ? Dans quel pays êtes-vous retournés ?

- Les choses avaient changé en Russie et les changements dans la musique pop n'étaient pas pour le mieux. Je suis allé directement au forum international PopKomm (Cologne) avec notre album américain. C'était un salon exclusivement réservé aux spécialistes, à ceux qui étaient directement impliqués dans le business de la musique. J'y ai rencontré des représentants célèbres du show-business russe : Yuri Antonov, Dmitry Malikov, Igor Matvienko et d'autres. De nombreuses maisons de disques ont manifesté leur intérêt pour notre album américain. J'ai apporté à Moscou 2 contrats prêts à sortir l'album au Danemark et en Italie.

- Parlez-nous de l'émergence du groupe "Vostok". Que se passait-il dans le show-business dans les années 90 ? Était-ce difficile pour les jeunes groupes en termes de promotion et de finances ? Avec qui avez-vous dû travailler ?

- En raison de la situation actuelle, nous avons décidé de mettre de côté nos projets occidentaux pour un moment et d'essayer de nous réaliser dans le show-business russe. Nous avons reçu plusieurs offres de sponsors et d'investisseurs mais nous avons choisi Alexander Yakovlevich Tolmatsky. Il était intéressé par ma musique depuis longtemps et était prêt à promouvoir notre groupe sur le marché russe. Le nom du groupe et le line-up ont changé. Nous sommes devenus Vostok. Nous avons changé les voix masculines en voix féminines. Nous avons formé un quatuor : Gennadi Filippov, Andrei Rusakovsky, Natalia Sigayeva et Larisa Filippova (Yudchits). Ainsi est apparu un groupe rappelant ABBA et Ace of Base.

Notre alliance avec Tolmatsky a fonctionné déjà en une demi-année. Au début de 1996, la chanson "Mirages" a explosé. A partir de ce moment, VOSTOK est devenu une star de la musique pop russe. Puis il y a eu des chansons qui sont devenues des hits : "Until We Meet", "Dance of Yellow Leaves", "The Snow Queen". J'étais le seul auteur de toutes ces chansons.

Nous avons enregistré trois albums, mais nous avons dû nous séparer de Tolmatsky à la fin de 1998. Puis nous sommes allés à Cologne pour enregistrer un nouvel album produit par un musicien allemand Didi Hamond. Cet album a été financé par Philip Kirkorov. Par la suite, Andrei Rusakovsky et Natalya Sigayeva sont restés en Europe et ont travaillé sur un autre projet. Le groupe s'est séparé.

J'ai eu la chance de travailler avec beaucoup de nos artistes depuis la création du groupe Vostok : Philip Kirkorov, Margarita Sukhankina, Sergey Zverev, Jam Sheriff, Pierre Narcisse et d'autres. Dans les années 90, il était plus facile pour les jeunes artistes de trouver des financements.

- Vous produisez maintenant divers projets et avez créé le centre de production Zvezda Stolitsy. Pouvez-vous nous parler du secteur de la production en Russie ? De quels montants de chiffre d'affaires pouvez-vous parler ? Quels sont les coûts ? Parlez-nous de vos nouveaux projets et plans musicaux.

- Le centre de production "Star of the Capital" a été créé au début des années 10. J'organisais des concours vocaux pour identifier les interprètes talentueux qui pouvaient être produits. Au fil des ans, une banque de mes chansons phares (plus de 300) a été créée et offerte aux artistes en herbe. Bien sûr, "Zvezda Stolitsy" fonctionne sur une base commerciale, car il est nécessaire de maintenir le bureau, le studio et toute une équipe d'employés. Ces derniers temps, malheureusement, seules les personnes aisées peuvent s'impliquer et faire de la promotion dans le show-business. Parmi mes clients auteurs-compositeurs-interprètes, peu peuvent enregistrer un album, acheter les droits exclusifs des chansons.

En 2017, j'ai rencontré une merveilleuse musicienne et chanteuse, Natalia Rodina. Nous avons reconstruit le groupe Vostok, enregistré et sorti plusieurs nouveaux albums après une pause de 15 ans. Nous avons fait un beau projet mélodique en anglais "LuiGiNa".

- Après le début de la pandémie, de nombreux musiciens et travailleurs de l'industrie musicale se sont retrouvés dans une situation difficile en raison de l'annulation de concerts et de restrictions. Comment avez-vous survécu à la pandémie et comment se présentent les choses aujourd'hui ?

- Malheureusement, comme pour de nombreux artistes et musiciens, la pandémie nous a frappés en plein cœur. Au début du mois de mars 2020, nous attendions une tournée de concerts en Sibérie.

Un jour avant le départ, une pandémie a été annoncée, donc aujourd'hui encore les grands concerts et les tournées ont été annulés. Notre activité de concert n'est pas si active, il y a des périodes où nous travaillons et faisons des tournées. Nous avons reconstruit et donné des concerts en ligne. Mais je pense que c'est difficile sans public et sans échange d'énergie en direct ! Maintenir un bureau de production est devenu impossible. Nous avons fermé le bureau. Mais maintenant, il est possible de produire à distance. Nous attendons avec impatience l'annulation des mesures coviduelles et le retour des concerts à grande échelle.

Made in Russia / Fabriqué en Russie

Auteur : Maria Buzanakova

0