Partager
Mise à jour de l'abonnement
Merci de votre inscription !
Abonnez-vous à Fabriqué en Russie today et recevez les nouvelles les plus intéressantes sur le business, l'exportation et la culture russe aujourd'hui!
Abonnement aux médias sociaux et RSS
Rushan Abbyasov : Sans le marquage

2016-02-25 08:55

Rushan Abbyasov : Sans le marquage "halal", il est presque impossible d'exporter des produits vers les pays musulmans

Le premier vice-président du Conseil des Muftis de Russie, Rushan Khazrat Abbyasov, a expliqué au portail "Made in Russia" les exigences que doivent remplir les pays musulmans pour importer des produits russes.

- Rushan Rafikovich, comment le Conseil des Muftis de Russie promeut-il les relations commerciales entre les pays musulmans et les producteurs russes ?

- Les pays de l'Est et de l'Asie traitent traditionnellement bien les marchandises marquées "Made in Russia". Le monde musulman est principalement intéressé par les produits portant la mention "Halal" produits en Russie, c'est pourquoi nous soutenons pleinement le développement de cette production.

En particulier, le Centre international de normalisation et de certification "Halal" a été créé en Russie, notamment à Moscou. Son travail tient compte de l'expérience d'autres pays islamiques, où les normes industrielles halal sont très développées.

Dans les pays du monde arabo-musulman, dans quel restaurant vous n'iriez pas, dans quel magasin vous n'achèteriez pas de produits, vous savez déjà automatiquement qu'ils sont "halal" et autorisés. Les produits fabriqués en Russie nécessitent un étiquetage, une certification et une inspection supplémentaires pour confirmer qu'il n'y a pas de composants interdits aux musulmans.

Le marquage halal signifie que ces produits sont sûrs, utiles et religieusement autorisés. Sans elle, il est impossible de commercer avec des États dont la population est majoritairement musulmane.

Aujourd'hui, notre centre a conclu des accords de partenariat avec des pays tels que les Émirats arabes unis, l'Iran, l'Indonésie et d'autres. Les résidents de ces pays achètent activement des produits russes marqués "halal".

Les produits "halal" constituent l'ensemble du segment du marché intérieur russe, car plus de 20 millions de musulmans vivent dans notre pays. Ce marquage ouvre donc de nouvelles possibilités aux fabricants, un segment particulier du marché où ils peuvent faire leurs preuves.

- Qu'est-ce que le "halal" ? Dites-nous en plus.

- Le terme "halal" est littéralement traduit de l'arabe par "autorisé, autorisé". Il est interdit à un musulman vertueux de manger du porc, des morts d'animaux, des produits nocifs pour le corps, comme l'alcool. Le tabac, les drogues et diverses substances intoxicantes sont interdits. Mais je note que le terme "halal" désigne la sécurité et la qualité des produits, ainsi que l'intégrité en termes de coopération et de relations, y compris financières.

- Quels sont les produits étiquetés ?

- Partout, de la viande à l'eau, en passant par le chocolat et les produits de confiserie.

- Autrement dit, même Coca Sola peut être halal ?

- A moins que les médecins et les scientifiques ne puissent prouver qu'il est utile et ne nuit pas à l'organisme. Selon la croyance, le Jour du Jugement viendra et on demandera à l'homme ses actes, y compris la façon dont il a traité son organisme, c'est pourquoi Dieu dit : "Mangez utile ou permis", c'est-à-dire permis - "halal".

- Y a-t-il eu des cas d'utilisation déloyale du marquage "halal" en Russie ?

- Après avoir étudié l'expérience de la Malaisie, des Émirats arabes unis et d'autres pays, nous avons réalisé qu'il est nécessaire de protéger le marché des produits "halal" afin d'éviter l'apparition de contrefaçons, de prévenir les activités de fabricants peu scrupuleux. Auparavant, il n'était pas rare que nous prenions, par exemple, une pile de boulettes sur laquelle sont dessinés une mosquée, des symboles musulmans et du porc. Pour un musulman, selon le Coran, et pour les représentants des religions abrahamiques, la viande de cet animal est un péché, il est interdit de la manger.

Nous avons déposé des marques appropriées pour protéger les croyants contre les entrepreneurs sans scrupules. Nous détectons et arrêtons les violations de la loi.

- Suffit-il d'obtenir le marquage "halal" en Russie pour que les produits nationaux soient mis sur les comptoirs des pays musulmans, ou faut-il être re-certifié après le transport ?

- Notre certificat est suffisant. Par exemple, des représentants des Émirats arabes unis sont récemment venus nous voir. Ils ont visité plusieurs entreprises qui ont passé notre certification, se sont assurés que tous les produits sont fabriqués en stricte conformité avec les normes "halal", en abattant correctement l'animal, le tout stérile, propre et de haute qualité.

L'étiquetage est en trois langues : russe, anglais et arabe.

- Comment le processus de certification Halal est-il organisé ?

Après avoir reçu une demande correspondante de l'entreprise concernant le désir d'obtenir un certificat, nos spécialistes se rendent sur place, étudient le processus de production, font des recherches sur le produit lui-même. Nous avons déjà signé un contrat avec plusieurs laboratoires qui, sur notre commande, examinent la composition des produits pour vérifier leur conformité aux exigences du "halal".

Après avoir effectué les recherches nécessaires, un expert est désigné pour surveiller la poursuite de la production des produits. En règle générale, il s'agit d'un représentant de la communauté musulmane locale qui a suivi une formation, des cours de perfectionnement professionnel.

- Existe-t-il une norme unique de certification "halal" pour tous, ou existe-t-il des branches, des écarts ?

- Il y a des écarts dans certains pays, mais pas de façon critique. Par exemple, dans certains pays arabes, où un bon cheval coûte comme deux Rolls-Royce, il est interdit de manger de la viande de cheval, et dans notre pays, les Tatars ne peuvent pas vivre sans cheval.

Alexey Yaushev parlait.

Partager
Les commentaires sont interdits après 5 jours depuis la publication en raison de la politique éditoriale