MADE IN RUSSIA

Toutes les régions
FRA
Experts

Les entrepreneurs ont besoin de soutien : un entretien avec "Opora Rossii" sur une année critique pour les entreprises

80
Les entrepreneurs ont besoin de soutien : un entretien avec "Opora Rossii" sur une année critique pour les entreprises

Cette année a été presque aussi difficile et pénible pour les entreprises que l'année 2020. Cette fois, presque tout le monde a ressenti les graves conséquences de la pandémie. Les restrictions de travail, les coûts, les augmentations tangibles des prix des matières premières, les ruptures d'approvisionnement, les difficultés à l'exportation, les nouvelles obligations liées à l'étiquetage et d'autres facteurs - ont placé non seulement le secteur des services, les petites entreprises, mais aussi les moyennes et grandes entreprises dans une situation difficile.

Les affaires ont attiré une attention sans précédent du public, des médias et des autorités, ce qui a entraîné de sérieux changements et la nécessité de reconsidérer les conditions de développement de l'esprit d'entreprise en Russie.

La rédaction de Made in Russia s'est entretenue avec Andrei Shubin, directeur exécutif de l'association d'entreprises Opora Russia, au sujet de l'année 2021. Lisez dans cette interview quels changements sont mûrs pour les affaires dans le pays et ce que la communauté des affaires retiendra de cette année.

Dites-moi, combien d'entreprises et d'hommes d'affaires individuels ont été enregistrés au cours de l'année de départ ?

Si nous parlons des petites et moyennes entreprises, selon les données au 31 octobre, 873 605. Cela comprend à la fois les entités juridiques et les entrepreneurs individuels qui ont été enregistrés. Mais beaucoup ont également fermé. "Delta" à la fin de l'année - plus 96 000 PME.

Quels domaines d'activité ont été ouverts plus souvent cette année ?

Selon la structure - le commerce prédomine (plus de 35%), l'activité de transport automobile et de marchandises (16%), la construction de bâtiments résidentiels et non résidentiels et la location, la gestion immobilière.

Quelles régions sont en tête pour l'enregistrement de nouvelles entreprises, et quelles sont celles qui sont dans le peloton de tête ?

En chiffres absolus, c'est Moscou qui occupe la première place. Ils ont enregistré 120 981 nouvelles "entreprises" au mois d'octobre. La région de Moscou est deuxième, et Saint-Pétersbourg est troisième. Cela est dû en grande partie à la population globale des régions. Le Daghestan (plus 10,9%), la Kalmoukie (plus 8,3%) et la région de Moscou (plus 7,3%) sont les leaders en termes de taux de croissance des PME. Les régions les moins bien classées sont la République d'Adygea (moins 5,1 %), la région de Magadan (moins 3,1 %) et la République des Komis (moins 2,7 %).

Selon vous, qu'est-ce qui empêche les régions qui se trouvent dans l'anti-classement, de développer activement la sphère de l'entreprenariat ?

Il y a peu de gens là-bas, il y a moins d'activité économique. Mais, tout d'abord, c'est l'éloignement, et ensuite, le développement économique. L'activité économique est également affectée par l'exode de la population dans les régions - les outsiders. Sans mesures systématiques pour préserver la population, l'activité économique est impossible.

Tout est préconditionné exactement par l'économie. Si nous regardons Moscou, la région de Moscou et Saint-Pétersbourg, ce sont d'énormes agglomérations avec un marché clair et un grand nombre de résidents. Dans ces régions, il n'y a pas de telles conditions en principe. Des sphères étroites sont divisées, et bien qu'il y ait de la concurrence, il y a moins de possibilités de développement. Les entrepreneurs locaux sont limités par la logistique. C'est-à-dire que les raisons sont tout à fait objectives, qui affectent à la fois les petites et moyennes entreprises, et l'économie dans son ensemble.

Dites-moi, quels problèmes des petites et moyennes entreprises ont été résolus avec l'aide d'"Opora Russie" en 2021 ?

L'année a été assez chargée. L'histoire principale, bien sûr, est la pandémie et les mesures de soutien aux entreprises, qui se trouvaient dans la situation la plus difficile. Depuis cette année-là, nous avons organisé des réunions et des rencontres régulières dans le cadre de l'équipe de protection des entreprises dirigée par Andrei Removich (Belousov - ndlr) avec le ministère du Développement économique, en analysant et en recueillant les réactions des entrepreneurs dans toutes les régions.

La deuxième grande tâche à laquelle nous nous sommes attelés était le suivi des mesures de soutien : comment elles fonctionnent, comment elles sont lancées, comment elles sont distribuées. Quelque chose que nous avons changé, nous avons corrigé le travail des banques et une infrastructure de soutien. C'est aussi le développement des solutions elles-mêmes et une approche compétente, liée à l'activité maximale autorisée : celle de ne pas fermer, et si elle est fermée, d'offrir au moins quelques possibilités de compensation.

Comme nos succursales sont présentes dans toutes les régions de la Fédération de Russie, nous avons effectué un travail important sur le terrain, dans les succursales régionales, où nous avons analysé notre expérience et, avec les gouverneurs, nous avons pris ensemble diverses décisions.

Le moratoire sur les inspections d'entreprises est également une évolution très importante et correcte. Et cette décision a montré que rien de terrible ne s'est produit. Les exigences et le nombre d'inspections qui étaient en place peuvent être réduits, et il n'y aura aucun problème à cet égard, aucune catastrophe. C'est une conclusion très importante qui nous permet de réviser fondamentalement le système de contrôle et de surveillance des entrepreneurs. Tout cela a abouti à une loi sur les activités de contrôle et de surveillance et au renouvellement automatique d'un certain nombre de licences. C'est dire que l'année a été bonne en termes de libéralisation des exigences en matière de contrôle.

En outre, nous avons longtemps soulevé la question de la possibilité pour les indépendants de louer des appartements. Aujourd'hui, c'est encore impossible, mais lors de la dernière réunion de la Commission juridique des petites entreprises, sous la direction de Mikhail Mishustin, nous avons évoqué ce sujet, et il a été soutenu par le Premier ministre. Nous préparons maintenant un projet de loi correspondant. Il y a beaucoup d'appartements, ils ont des propriétaires, et pour blanchir ce marché, nous devons introduire ce type de commerce. Nous ne parlons pas des appartements commerciaux, mais seulement des appartements personnels.

Nous avons eu une longue discussion avec les entrepreneurs qui sont impliqués dans le développement agricole au sujet de l'interdiction de construire des logements sur les terres agricoles. Nous avons pris l'initiative de cet amendement, et sur le plan législatif, cette possibilité a déjà été donnée - les agriculteurs peuvent désormais construire des logements pour eux-mêmes. Bien sûr, ils sont limités par la superficie en pieds carrés, mais néanmoins, ils ont maintenant la possibilité de se loger et de vivre sur place. De même, à la fin de l'année, un projet de loi a été adopté pour permettre aux agriculteurs de vendre les produits agricoles qu'ils produisent sur les terres agricoles.

Nos collègues sont intervenus au Forum économique mondial cette année, et ils nous ont demandé de baisser la TVA pour l'industrie du tourisme, en suivant l'exemple des restaurateurs. Nous travaillons maintenant à l'élaboration d'un décret présidentiel correspondant. De même, nous nous efforçons actuellement de réduire le niveau des pénalités pour les entreprises, en fonction du niveau de l'entreprise : micro, moyenne et grande. Nous voulons que les petites entreprises soient assimilées à des entrepreneurs privés. Nous allons réduire jusqu'à dix fois la peine pour de nombreux articles du droit pénal. C'est l'expérience du Kazakhstan. Bien sûr, nous ne parlons pas des cas d'atteinte à la vie, à la santé et à l'environnement. Nous parlons de normes standard.

Vous avez évoqué le moratoire sur les inspections d'entreprises. Il n'y a pas si longtemps, le ministre du Développement économique, Maxim Reshetnikov, a déclaré que les inspections d'entreprises avaient été divisées par cinq. Cela coïncide-t-il avec les données d'Opora Russie ?

Oui. Le nombre d'inspections a été divisé par cinq entre 2019 et 2020. Mais au premier semestre 2021, il y a eu une augmentation significative des inspections en raison de l'assouplissement du moratoire qui était en place l'année dernière. Malgré tout, le nombre d'inspections est inférieur à ce qu'il était avant la pandémie. Nous espérons beaucoup de la nouvelle loi sur les activités de contrôle et de surveillance, qui donne la priorité aux mesures de prévention sur celles de contrôle.

Quant aux mesures de soutien aux entreprises touchées par la pandémie. Les restaurateurs, l'industrie du tourisme, l'industrie de la beauté et les organisateurs d'événements publics se sont déjà plaints aux médias de ne pas pouvoir bénéficier du soutien anticrise promis par l'État dans le cadre du programme "OFT 3.0". Les banques refusaient de leur accorder des prêts, imposant des conditions supplémentaires. Recevez-vous des plaintes d'entrepreneurs ?

Il y a un décret gouvernemental qui spécifie les conditions pour obtenir un soutien, et il y avait différentes nuances sur lesquelles les entrepreneurs ont fait appel. Par exemple, qu'une entreprise devait participer au programme FOT 2.0 de l'année dernière pour pouvoir bénéficier du FOT 3.0. Le deuxième critère est que les OKVEDs qui ont été mis sur la liste des plus touchés étaient différents de l'année dernière. Et la troisième nuance est liée à l'économie - si l'entreprise est complètement mauvaise en termes d'économie, elle pourrait refuser dans ce contexte. Nous travaillons avec les banques pour résoudre toutes les situations difficiles et nous sommes consultés.

L'année dernière, nous avons établi un dialogue avec la Banque centrale, et si nous recevons des plaintes et des demandes concernant certaines banques, nous travaillons sur ces questions. Donc, si vous avez des problèmes pour travailler avec les banques, contactez "OPORA".

Comment se sentent les entreprises pendant la pandémie ? Quelles mesures sont encore nécessaires pour aider les entrepreneurs à reprendre leurs activités ?

La situation actuelle est assez intéressante. Les statistiques, les chiffres et les recettes montrent que le chiffre d'affaires augmente et que la situation semble s'améliorer. Les recettes fiscales nous disent également que le chiffre d'affaires augmente beaucoup. Mais lorsque nous discutons de cette question avec les entrepreneurs, la situation varie d'une région à l'autre. Les régions imposent des restrictions, et le flux diminue. En tout cas, tout ce qui concerne les services ne s'est absolument pas redressé, et c'est un problème de longue date, il s'agit de supprimer toutes les restrictions.

Le commerce se développe. Mais cela dépend de quel secteur. Par exemple, les entrepreneurs qui ont pu passer en ligne à temps, commencer leur promotion sur Internet, la coopération avec les places de marché, se sont développés à plusieurs reprises. Tous les services en ligne de la pandémie ont connu une croissance plusieurs fois supérieure. Et si vous regardez les fabricants de meubles, qui ont connu une ruée de la demande cette année-là, ils connaissent une baisse de leurs revenus. Le coût de l'exportation des meubles a explosé, le prix des matières premières a bondi de 300 % et le Service fédéral antimonopole a même poursuivi les fabricants de panneaux d'aggloméré et de particules. À cela s'ajoutent les problèmes liés au transport : files d'attente énormes aux frontières de l'UE, réduction des quotas de véhicules dans l'UE. Par conséquent, tous ceux qui visent l'exportation ont subi des coûts plus élevés. De plus, l'inflation a augmenté, et nous devenons de moins en moins compétitifs, même par rapport à la Pologne. Nous devons également tenir compte de la situation mondiale, et c'est une histoire très compliquée.

Que devons-nous faire ? Nous devons rétablir la demande. Le secteur des services a besoin d'un soutien sous forme d'allégements fiscaux, et les centres commerciaux, où les visites sont limitées, ont besoin d'allégements fiscaux. Dans les restaurants, où les codes QR ont été introduits, le flux de personnes a fortement diminué et les coûts ont été, et sont toujours, élevés. On ne peut donc pas dire que tout s'est redressé. Mais le fait qu'il y ait une croissance dans le segment en ligne est un fait. Et c'est ce qui a poussé le gouvernement et les entreprises vers la transformation numérique.

En plus de tout le reste, les entreprises ont également l'obligation de le marquer.

L'étiquetage est également une question qui doit être étudiée en profondeur. Nous allons faire des recherches sur l'étiquetage, notamment pour les indépendants qui, par exemple, cousent des chaussures. Ils ne peuvent pas étiqueter leurs propres marchandises, car il faut du matériel, un système de paperasserie, des rapports. Nous devons donc examiner quels sont les coûts et comment les réduire au minimum.

Quelles autres initiatives envisagez-vous de lancer en 2022 ?

Nous avons un grand plan de travail. Nous allons nous occuper de la réduction des tarifs de l'électricité pour les entités commerciales. Nous prévoyons de terminer les questions sur lesquelles nous avons des instructions, comme les appartements et la réduction des amendes pour les petites entreprises, dont nous avons parlé plus haut.

Nous pouvons également ajouter ici une histoire sur les avertissements obligatoires pour les petites et moyennes entreprises pour les premières infractions, sauf si elles impliquent de causer ou de menacer de causer des dommages à la santé et à la vie, à l'environnement et à la propriété. Dans ce cas, au lieu d'une amende, il devrait y avoir un avertissement assorti d'un délai d'exécution normal. Nous voulons travailler dans les régions sur la question de l'impôt sur la valeur cadastrale, qui est au maximum de 2%, mais dans l'environnement actuel, c'est très difficile et pénible pour les entrepreneurs. Nous recevons de telles demandes de toutes les régions. Nous sommes en contact avec les gouverneurs et nous ferons également tout pour que la volonté de collecter le plus d'impôts possible au détriment du développement et de la préservation des entreprises ne prévale pas sur le terrain.

Beaucoup de travail sera fait pour ramener à l'article du code de procédure pénale la procédure d'ouverture de poursuites pour les délits fiscaux sur la base des matériaux du service fiscal. Aujourd'hui, elle peut être effectuée par les forces de l'ordre elles-mêmes, même si l'entrepreneur ne fait l'objet d'aucune réclamation de la part des autorités fiscales. Pourtant, les autorités fiscales disposent de tous les outils et de toutes les ressources pour effectuer des contrôles, c'est pourquoi nous pensons que le fisc doit être impliqué immédiatement.

Il y a un thème lié à la responsabilité conjointe et solidaire dans les coopératives. Il s'agit de la responsabilité de tous les membres de la coopérative les uns envers les autres, par exemple : vous êtes cinquante, quelqu'un a fait une erreur, et toute la responsabilité retombe sur tout le monde, vous pouvez être accusé, ainsi que n'importe qui d'autre. Il nous semble que cette approche doit changer. A cause de cela, le niveau de confiance diminue et les mouvements coopératifs ne se développent pas, alors qu'en fait les coopératives sont un très bon outil.

Il existe une plateforme appelée "For Business" qui traite les appels des entrepreneurs. Elle est directement reliée à l'appareil central des forces de l'ordre : il y a le ministère de l'intérieur, le comité d'enquête, le service fédéral de sécurité et le bureau du procureur général, mais il n'y a pas de service des douanes et nous sommes pour l'intégrer. Récemment, il y a eu beaucoup d'appels d'hommes d'affaires concernant les douanes, il est donc important d'établir une communication, afin qu'ils soient rapidement pris en compte.

Un thème de longue date est la loi sur le commerce mobile. Nous avons l'intention de travailler sur cette loi jusqu'au bout, afin que le développement du commerce mobile stationnaire et des petites entreprises prenne son envol. C'est une bonne initiative, qui est soutenue par tous. Le ministère de l'Industrie et du Commerce et nous-mêmes avons éliminé toutes les contradictions, de sorte que l'année prochaine, nous devons sortir avec lui et faire passer encore ce projet de loi qui était également dans le plan du projet national sur le petit commerce.

Quelles sont les tendances en matière de développement des entreprises qui se dessinent en 2021 ? Quelles seront, à votre avis, les principales l'année prochaine ?

La principale tendance est la digitalisation. La digitalisation conduit au blanchiment, et les entreprises ont une demande en ce sens. La deuxième tendance est le développement de services pour les entreprises. Il existe déjà un service de prêt en ligne et des mesures de soutien. La SME Corporation est également en train de construire une plate-forme numérique pour les petites et moyennes entreprises, et elle comprend des services absolument différents.

Il est impossible de faire des prédictions aujourd'hui, tout est imprévisible. Nous ne savons pas s'il y aura une autre vague du coronavirus, s'il y aura une immunité collective. Jusqu'à présent, toutes les prévisions qui ont été faites auparavant ne se sont pas réalisées. Mais nous voulons croire au meilleur.

Quant au développement des affaires, il est clair que la restructuration doit aller dans le sens des "chiffres", mais tout le monde ne peut pas se le permettre. Tout le monde n'a pas pris le virage de l'expédition.

De plus, la tendance est à la consolidation des entreprises : les plateformes numériques se développent, aspirent de plus en plus de ressources et acquièrent un pouvoir économique, qui dictera ensuite les conditions. Par conséquent, les petites et micro-entreprises doivent apprendre à travailler avec ces plateformes. Il est également important que l'État ne réglemente pas, mais élabore des règles générales d'accès non discriminatoire.

Vous voulez dire les écosystèmes ?

Oui, des écosystèmes, des plateformes numériques. Il est important de s'assurer qu'il n'y a pas d'abus. Je parle d'une sorte d'ensemble de règles générales, pas d'une réglementation stricte, car il est clair que chacun a son propre business.

Made in Russia // Made in Russia

Auteur : Karina Kamalova

0